Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je somatise...

Publié le par Dr Eric SCEMAMA

PSYCHO-SOMATIQUE ?

On qualifie de "psychosomatique" toute maladie ou manifestation dont l'apparition, l'expression ou l'aggravation sont influencées par des facteurs d'ordre psychologique, plus particulièrement émotionnels, notamment dans un contexte de  stress.

Il est souvent observé que de telles maladies apparaissent plus ou moins brutalement dans le décours d'événements plus ou moins traumatisants : deuil, divorce, séparation, changement de situation, intervention chirurgicale etc.

Le fait qu'il y ait une participation psychologique dans l'expression d'une maladie ne veut pas obligatoirement dire qu'il n'y ait pas d'autres facteurs physiques ou strictement médicaux qui  interviennent. C'est pourquoi on parle plutôt de dimension psychosomatique ce qui sous entend l'existence d'autres facteurs.

Le terme "psychosomatique" fait souvent l'objet de malentendus regrettables.

Beaucoup de personnes, y compris parmi les médecins l'emploient pour évoquer une maladie imaginaire ou un patient qui n'est pas vraiment malade voire même qui simule !

Or cette confusion a beaucoup porté tord au terme même de psychosomatique au détriment même des personnes qui présentent ce type de souffrance.

Notre pays a un retard considérable en matière de recherche dans ce domaine en comparaison des pays anglo-saxons ou scandinaves où les recherches dans ce domaines sont très avancées.

A QUOI PEUT ON ATTRIBUER UN TEL RETARD ?

Probablement à différents facteurs :

. L'hyper-technicisation croissante de la médecine qui réduit le malade à un assemblage hétéroclite d'organes où l'émotion, le vécu personnel, la perception qu'à le patient de sa maladie est totalement ignoré.

. Le fait que l'approche psychosomatique ne favorise pas la prescription systématique de médicaments (désintérêt compréhensible des laboratoires...) mais privilégie plutôt certaines aptitudes très négligées pendant le cursus hospitalo-universitaire des futurs médecins.

.

STRESS

 ET MALADIES CHRONIQUES

L'effet positif d'apprentissage de techniques de gestion du stress a été démontré scientifiquement sur beaucoup de maladies chroniques :

- hypertension artérielle

- diabète

- maladie asthmatique etc.

  1. Un cancérologue américain, le Dr Siegel a prouvé l'effet positif de techniques de visualisation sur la survie de patients souffrant de cancer.
  2. Un autre chercheur, le Dr Simonton a également montré l'intérêt de ces techniques chez des enfants traités pour leucémie.
  3. Dans tous les cas l'adjonction de techniques de relaxation, de visualisation et d'affirmation de soi augmente de manière prouvée les chances de guérison et permet d'obtenir des rémissions nettment plus longues.

Des études récemment conduites en Suède et en Hollande montrent aussi l'intérêt de ces méthodes chez les femmes présentant un cancer du sein.

En France,  une nouvelle spécialité appelée Médecine Comportementale est en train de se développer. Il s'agit de faire le lien entre une maladie et l'ensemble du contexte psycho-social dans lequel elle survient en tenant notamment compte du coping du malade.

Le coping désigne les comportements que va adopter une personne confrontée à un stress pour tenter de le résoudre. Le meilleur type d'ajustement consisterait en la recherche de solutions. Au contraire les conduites comme l'évitement du problème (politique de l'autruche) ou un mauvais contrôle émotionnel semblent compromettre les chances de guérison.

Il semblerait que les personnes présentant un cancer  appartiendrait à un type de personnalité dite "C" :

Difficultés à identifier clairement leurs propres émotions

Difficultés à les exprimer, surtout  quand il s'agit d'émotions négatives (peur, colère...)

Tendance à être "trop" conciliant avec une crainte de suciter le moindre conflit

Difficulté à exprimer un désaccord.

Dr Eric SCEMAMA

87 Ave du Gal Michel Bizot

75012 Paris

01 43 43 70 43